Présenté par

Présenté par

Mark Oleniuk, P.Eng.

Mark Oleniuk, P.Eng.

Mark Oleniuk aurait probablement fondé sa propre entreprise, même s’il n’avait pas été ingénieur.

« J’ai toujours voulu être indépendant et gérer ma propre entreprise », nous confie le cofondateur et associé directeur général d’Element Project Services (EPS), âgé de 33 ans.

S’il est vrai que son esprit d’entreprise l’aurait finalement amené dans cette voie, c’est néanmoins son diplôme en génie mécanique et son expérience d’ingénieur qui l’ont doté de l’ensemble des compétences et de l’éthique du travail nécessaires à la création et à la croissance de son entreprise au cours des cinq dernières années.

Mark et son partenaire d’affaires, Harpreet Singh, ont fondé l’entreprise de gestion de projet et de construction EPS en 2011 à Saskatoon, ville natale de Mark. Au début, ils offraient seuls leurs services en sous-traitance à divers clients locaux. Puis, ils ont agrandi leur entreprise, ouvert un bureau en Ontario et emploient aujourd’hui pas moins de 25 à 30 professionnels, qui travaillent sur des projets de tailles variables partout au Canada.

 

Reconnaissance de l’apport des programmes de génie

Mark est bachelier ès sciences en génie mécanique de l’Université de la Saskatchewan et, selon lui, c’est ce programme qui lui a fourni les compétences nécessaires pour créer sa propre entreprise.

« Le programme de génie de l’UoS m’a appris à accomplir de multiples tâches simultanées, à résoudre des problèmes et à surmonter les différentes situations pouvant survenir. »

« Nous nous servons de ces compétences tous les jours dans notre métier. Aucun de nos projets ne se ressemble, ce qui nous force à trouver des solutions novatrices à divers problèmes. L’ensemble de compétences en résolution de problèmes que vous acquérez à l’école d’ingénieurs revêt donc une grande importance tant sur le plan professionnel que personnel. »

Le programme de génie mécanique a également instillé en lui, en plus de ces compétences, une certaine éthique du travail.

« Je me souviens d’avoir travaillé sans arrêt jusqu’à une ou deux heures du matin, même pendant la période des fêtes, afin de réaliser des projets de conception. Cela m’a inculqué une solide éthique du travail, dont je suis reconnaissant. »

Selon lui, les étudiants qui envisagent de faire carrière en génie ne devraient pas craindre les exigences du programme d’études.

« Ils doivent relever le défi et être prêts à travailler avec acharnement, dit-il. Ils n’en seront que meilleurs à la fin [du programme]. »

 

Création d’EPS

Durant ses études en génie, Mark occupe deux emplois d’été comme ingénieur dans une entreprise d’exploitation pétrolière et gazière ainsi que dans une société minière. Une fois diplômé, il réalise un contrat de six mois sur un site minier de Cameco, en Saskatchewan, avant de partir pour l’Australie, où il est embauché par une société de conseil en exploitation minière. Il y apprend beaucoup sur l’industrie minière en travaillant sur un certain nombre de projets de diverses envergures.

De retour au Canada, il gère, pour Graham, des projets de construction dans l’industrie pétrolière et gazière, puis il gravit les échelons et finit par gérer seul des projets plus complexes.

C’est à ce moment qu’il rencontre Harpreet et qu’ils décident ensemble de voler de leurs propres ailes et de créer EPS. Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

À titre d’associé directeur général, Mark s’occupe principalement du développement des affaires, de la sollicitation de nouveaux clients et de la gestion de certaines des activités de l’entreprise.

Ses tâches varient constamment d’une journée à l’autre. Parfois, il reste au bureau afin de veiller à ce que les choses tournent rondement ; à d’autres moments, il rencontre tantôt des clients pour discuter de leurs projets, tantôt de nouveaux clients potentiels ; il doit également élaborer des propositions.

« Le téléphone n’arrête pas sonner et je reçois constamment des courriels, explique-t-il. Lorsqu’on dirige sa propre entreprise, il faut s’attendre à avoir un horaire chargé du matin au soir, et ce, sept jours sur sept. »

Mark apprécie néanmoins chaque seconde consacrée à son travail, et il vise même à faire d’EPS une moyenne ou une grande entreprise d’ici cinq à dix ans.

L’ensemble de compétences qui a contribué à sa réussite professionnelle comme ingénieur — ainsi qu’à celle d’autres personnes — l’aidera certainement à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés pour son entreprise.

« Il y a tant de gens brillants parmi les ingénieurs, explique Mark. Beaucoup de mes anciens camarades de classe ont aujourd’hui une carrière florissante. »

« Je pense que les valeurs, l’éthique du travail et les enseignements que vous tirerez du programme de génie vous ouvriront bien des portes et vous permettront d’exceller tout au long de votre carrière, pourvu que vous soyez suffisamment déterminé. »